Causes et traitements de l'hyperhidrose

Causes et traitements de l’hyperhidrose

Vous souffrez d’une transpiration excessive et avez tout essayé en vain ? Peut-être est-il temps de chercher à en comprendre les causes pour trouver le traitement adéquat. Comment savoir si vous souffrez d’une hyperhidrose ? Faisons le point.

Qu’est-ce que l’hyperhidrose?

Tout d’abord, il est important de rappeler que transpirer est nécessaire pour maintenir une température corporelle normale. Cependant, les personnes souffrant d’hyperhidrose transpirent même lorsque leur corps n’en ressent pas le besoin (aucune activité physique par exemple). Il s’agit d’un problème de santé due à la sécrétion excessive des glandes sudoripares, stimulées par un système nerveux hyperactif ou des maladies sous-jacentes.

La transpiration excessive peut avoir des conséquences non négligeables la qualité de vie. Elle affecte la vie sociale, la confiance en soi, l’état mental (anxiété), la productivité au travail, mais aussi le choix vestimentaire et les activités quotidiennes. Touchant près d’un million de Canadiens, dont environ 30% souffrent d’une forme grave, cette maladie est plus prévalente qu’elle n’y parait. Pour autant, la plupart des gens attendent plusieurs années avant de consulter un médecin, ne soupçonnant pas qu’il est possible de la traiter.

Les signes de l’hyperhidrose

  • Des signes visibles transpiration abondante: la sueur qui perle sur le visage, qui imbibe les vêtements même en restant inactif ou qui coule sur le plan de travail;
  • Les interférences dans les activités quotidiennes: même les gestes les plus simples comme actionner un poignet de porte deviennent difficiles à cause des mains moites ;
  • La peau semble toujours humide et ramollie. Elle blanchit a certains endroit et pèle parfois ;
  • Des affections cutanées fréquentes sur les parties du corps qui transpirent excessivement. Le pied d’athlète, eczéma et les démangeaisons au niveau de l’aine sont les plus courants.
  • Une transpiration excessive durant le sommeil ou lorsqu’on est nerveux;
  • Besoin de changer de vêtements plusieurs fois dans la journée.

Deux types d’hyperhidrose

L’hyperhidrose focale ou primaire

Elle n’a pas de cause déterminée et apparait généralement dès l’enfance ou l’adolescence. Elle ne concerne que certaines parties du corps (des deux côtés), essentiellement le visage, les aisselles, mains et les pieds. Elle peut commencer dès le réveil, mais vous ne vous en rendez vraiment compte que lorsque vous avez chaud.

L’hyperhidrose généralisée ou  secondaire

Cette forme d’hyperhidrose est engendrée par une condition physique ou médicale comme la ménopause, le surpoids, diabète,  hyperthyroïdie, les troubles endocriniens, etc. Elle débute à l’âge adulte et parfois après un accident ou une prise de certains médicaments. Dans ce cas, la transpiration affecte l’ensemble du corps et survient même pendant le sommeil. Le traitement consiste généralement à identifier et soigner la maladie sous-jacente à l’origine de la transpiration excessive.

 

Comment traiter l’hyperhidrose primaire?

Il existe plusieurs possibilités de traitements à combiner et à adapter selon les besoins de chaque personne.

  • Les anti-transpirants: à ne pas confondre avec le déodorant qui ne fait que masquer les odeurs, l’anti-transpirant obstrue temporairement les pores pour atténuer la transpiration. Il n’existe pas de formule unique efficace sur tout le monde. Chaque personne réagit différemment aux ingrédients actifs. Les méthodes de grand-mère comme le vinaigre blanc seraient également efficaces, mais cela dépend de la gravité de la maladie.

  • Le traitement topique anti-sudorifique : il consiste à appliquer un gel à base de chlorure d’aluminium directement sur les zones concernées avant le coucher pour bloquer la transpiration. Ces produits sont en vente libre en pharmacie et coûtent entre 8$ à 30$  selon la quantité et le pourcentage d’actif. Bien que le chlorure d’aluminium ait été prouvé étant sécuritaire, il peut irriter les peaux sensibles. C’est pourquoi il est conseillé d’adapter le soin avec un agent plus doux (sur avis d’un dermatologue), surtout pour le visage.

  • L’iontophorèse : cette technique vise à soigner les mains et les pieds moites en les plongeant dans une bassine d’eau dans laquelle on diffuse un courant de faible intensité. L’objectif est de provoquer des picotements pour perturber les signaux de transpiration émis par le système nerveux. Un processus à répéter une fois par semaine pour un total de 20 séances. Si les rendez-vous avec votre médecin deviennent trop contraignants, vous pouvez acheter un appareil qui reproduit la même technique pour environ 900$.

  • L’injection de toxine botulique (type A) : une pratique très courante au Québec, le botox s’utilise surtout pour réduire la transpiration des mains, bras et des aisselles. Une fois que la peau est désensibilisée (crème anesthésiante), le botox est injecté sous les follicules pileux et y reste pendant 6 à 9 mois. Par contre, il faut compter dans les 600$ et plus pour en bénéficier, à moins d’avoir une assurance complémentaire qui prendra en charge une partie des coûts.

  • La procédure MiraDry : approuvé par Santé Canada depuis 2011, MiraDry est un appareil qui utilise le laser pour chauffer et détruire une partie des glandes sudoripares. La zone traitée (les aisselles en général) reste sensible pendant 2 à 3 semaines, mais après les effets sont là pour rester. Rassurez-vous, votre corps aura toujours assez de glandes sudoripares pour sa régulation thermique, étant donné que les aisselles n’en renferment que 2% de la totalité. Il faudra quand même investir près de 3000$ pour obtenir de tels résultats.

  • La chirurgie : avec l’avènement des traitements au laser, la chirurgie est de moins en moins sollicitée pour traiter la transpiration excessive. Dans le cas de l’obésité (hyperhidrose secondaire), une liposuccion au niveau des aisselles aide à réduire la transpiration. En cas d’hyperhidrose palmaire sévère qui ne répond à aucun des traitements cités plus haut, une chirurgie des mains peut également être envisagée, mais en tenant bien compte des effets secondaires potentiels. Les recherches sur le traitement de l’hyperhidrose se poursuivent toujours au moment où nous écrivons cet article. Nous vous conseillons donc de vous tenir informé sur les dernières avancées avant d’opter pour une solution trop radicale comme la chirurgie.

Chaque individu expérimente l’hyperhidrose et répond aux traitements à sa manière. Il faut donc se donner le temps d’essayer toutes les options avant de trouver celle qui soulage le mieux. Si vous présentez les symptômes de cette maladie, discutez-en avec votre dermatologue qui vous assistera dans la quête d’une solution adaptée.

admin Author

Laisser un commentaire

Votre adresse de courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *